RETOUR A VU DES TRIBUNES

 

Stade : tout beau, tout nouveau

01-07-03

Gérard Kancel - Ladislas Lozano (photo JG)

Avec un effectif incomplet et un staff new look, le Stade de Reims a entamé hier une saison qui devrait le ramener en Ligue 2.

 

Rien ne vaut une bonne douche froide pour se remettre les idées en place après quelques semaines de repos apprécié et ensoleillé. C'est sous une averse estivale que les Stadistes, version National, ont déployé hier les premières foulées d'une saison déjà capitale dans l'optique de la remontée en Ligue 2, un échelon que les Rouge et Blanc ont hélas abandonné de façon peu héroïque.
Hier, dès 9 heures, l'effectif (encore incomplet), mais aussi le staff technique et l'équipe médicale, ont fait connaissance avec Ladislas Lozano. Pendant près d'une heure, le nouveau grand manitou débarqué du Qatar, a exposé son programme de politique générale. Du Lozano dans le texte, toujours en quête du mot juste, de l'expression familière, sur un ton enjoué, paternaliste.


« Le Stade de Reims ? Un honneur »

« Je souhaitais cette intimité des vestiaires. Je voulais qu'on se retrouve, dès les premières minutes de la reprise, entre nous, ensemble, les uns avec les autres. Je souhaitais placer cette rentrée sous le signe de la convivialité ».
Une fois évacuées les politesses d'usage, l'ex-coach calaisien a délimité son territoire. « L'objectif était de faire connaissance. Tout semble nouveau, avec un effectif renouvelé à plus de 60 %, un staff à 100 %. Il faut faciliter la prise de repères ».
Ladislas Lozano possède suffisamment d'expérience pour savoir que plus vite l'amalgame sera réalisé, plus les chances d'obtenir des résultats probants seront rapides. « Il faudra vite trouver une certaine homogénéité. Je pense que la qualité des joueurs devrait nous le permettre ».
Lozano a souhaité donner une certaine grandeur à son discours : « J'ai insisté sur le fait qu'on ne porte pas le maillot du Stade de Reims de façon anodine. Personnellement, c'est un honneur pour moi d'entraîner ce club mythique et les joueurs doivent se rendre compte de la chance qu'ils ont de succéder à des illustres joueurs. J'attends d'eux qu'ils défendent dignement leurs nouvelles couleurs ».
Il a promis du labeur et de la sueur : « Il n'y a pas de secret : pour réussir il faut travailler. J'ai dit aux joueurs que je n'avais pas de potion magique. »


« On joue la montée »
Il lui fallait quand même, après l'intervention du président-délégué, Jean-Pierre Caillot Ð accompagné du président de l'association, Didier Perrin et du responsable du marketing, Fabrice Harvey Ð, préciser les objectifs sportifs de la saison : « On jouera la montée ».
Avec un groupe ambitieux mais encore incomplet, ce qui ne semble pas le préoccuper particulièrement. « Il nous manque trois joueurs formant l'épine dorsale de l'équipe (un défenseur axial, un milieu récupérateur et un attaquant de pointe), mais cela ne nous empêchera pas de nous préparer efficacement. Aujourd'hui, les joueurs savent ce que j'attends d'eux ».
Doté d'un des plus gros budgets du National, le Stade de Reims sera l'équipe à battre à partir du 2 août. Sous la pluie hier, dans les allées du parc Léo-Lagrange, site de leur premier footing collectif, les joueurs, anciens et nouveaux, ont commencé à mesurer l'importance de la tâche qui les attend.
Gérard KANCEL

 

 

Haddadou : « Afficher nos ambitions »

01-07-03

 

Au sortir d'une saison cauchemardesque, maintenant digérée, les responsables du Stade de Reims peuvent malgré tout avoir quelques motifs de satisfaction.
Notamment celle d'avoir fait signer Mohamed Haddadou il y a un peu moins d'un an. Virevoltant ailier droit il fut, à n'en point douter, la révélation de l'exercice précédent. A un tel point qu'il devrait devenir cette saison une des clés de voûte de l'édifice que veut mettre en place Ladislas Lozano.
Faisant quasiment figure de cadre, dans un effectif en grande partie renouvelé, Haddadou sait pertinemment ce qui attend les « Rouge et Blanc » cette année.

 

Mohamed, quelle a été la teneur du discours de Ladislas Lozano pour la reprise de l'entraînement ?
« Il a été très pro dans son approche. Il nous a donné les grandes lignes directrices de son projet. Il souhaite que nous respections certaines règles de vie pour le bon fonctionnement de l'équipe. C'est quelqu'un qui sait ce qu'il veut. A chacun ensuite de mettre de la dynamique pour tirer profit des qualités de ce groupe ».


En tant qu'« ancien », en quoi consiste votre rôle auprès de vos nouveaux partenaires ?
« C'est vrai qu'il y a beaucoup de jeunes joueurs. A nous de faire la part des choses et de les prendre sous notre aile. Pendant un certain temps du moins pour faciliter leur intégration. Ensuite, à eux de s'affirmer dans l'effectif et de nous montrer leur façon de fonctionner. L'année dernière j'ai trop attendu. En arrivant, j'ai ressenti un peu de méfiance. Il y avait certaines affinités entre les joueurs. C'est pourquoi cette année nous devons faciliter leur arrivée dans le club ».


L'entame du championnat sera capitale pour le Stade de Reims ?
« On sera attendu partout mais on devra afficher clairement nos ambitions à savoir, la montée en L2. Tout le monde sera au courant. Il nous faudra commencer la saison tambour battant. Le début de championnat sera primordial, regardez Le Mans l'année dernière qui a commencé par une série de victoire.
C'est bon pour la confiance. Dans les têtes après, ce n'est plus pareil. Ce qui est bien c'est que tout le monde tire dans le même sens pour un objectif commun.
Après, à nous d'avoir un comportement irréprochable sur le terrain pour pouvoir terminer dans les trois premiers ».
Recueilli par Stephen Thiebault

 

 

De nouveaux visages

01-07-03


Ils étaient tous là, ou presque. A l'exception du défenseur Denis Arnaud qui se trouvait au Mans afin de régler quelques détails administratifs, dix nouveaux découvraient les installations provisoires du stade Delaune. Moins bien impressionnants athlétiquement que la promotion précédentes des Boniface, Liron, Billong, Lafond, ces « néo » présentent tout de même des silhouettes intéressantes. « Regardez-les », répétait Lozano, « ils sont beaux, non ? Ils sont tous affûtés. Je pense que tout le monde a été raisonnable pendant les vacances ».
Ils étaient neuf à verser leurs premières gouttes de sueur pour le Stade, ainsi qu'un joueur à l'essai (Traoré). Les nouveaux stadistes ont pour noms Noël Moukila, Amara Diané, Ludovic Leroy, Freddy Lefort, Alexandre Barbier, Alexandre Rouquette, Allann Petitjean, Miguel Comminges et Arnaud Ribas.
Ils rejoignent donc Olivier Tingry, Arnaud Balijon, Hubert Charpentier, Hakim Elouaari, William Louiron, Stéphane Laquait, Olivier Létang, David François, Mohamed Haddadou et Theddy Ongoly.

 


"Vu des Tribunes" : l'actu du Stade - Rédaction-conception : Michel HAMEL