Horoscope Météo Télé Cinéma Loto
Abonnement Contact Infos légales Calcul de l'impôt sur le revenu Annonces légales








•  Reims


Francis Méano, buteur du grand Stade de Reims

16-08-06 - Les tracto-pelles détruisent la tribune Méano à Delaune. Pas de panique, la prochaine tribune honorera encore le nom de ce grand champion mort accidentellement à l'âge de 22 ans.

Mais qui était donc ce Méano dont on a donné le nom à une tribune du stade Delaune ? Posée par un jeune supporter, la question méritait bien une réponse qu'il ne nous apparaît pas inutile de livrer dans nos colonnes au moment où les tracto-pelles abattent la première tribune baptisée du nom de ce joueur prodige.


Au Stade d'août 1949 à juin 1953
Originaire de Miramas (Bouches du Rhône), le jeune Francis Méano signe en 1949 au Stade de Reims. Déjà international junior à Aix-en-Provence (il avait remporté le trophée d'Amsterdam) Méano le sait : « Le Stade de Reims n'est pas qu'un simple employeur, c'est un drapeau. » International militaire, puis titulaire de l'équipe de France B et A dans la même année, (il joue contre la Yougoslavie en coupe du monde à Florence), Méano ne manque pas son arrivée. Il marque onze buts dans le championnat 1949-1950 et Reims termine à la 3e place. Mieux, il marque un but remarquable lors de la finale de la coupe de France jouée contre le RC Paris. Et Reims conquiert sa première Coupe avec Penverne, Batteux, Jacowski, Paul Sinibaldi, Bini, Petitfils, Marche, Appel et Méano.
Bien que victime d'une fracture du péroné, Méano réussit à marquer neuf buts au cours de la saison 1950-1951. Il en marque quinze la saison suivante dont deux en Coupe. Reims termine 4e du championnat.
La saison 1952-1953 restera inoubliable. Méano score onze fois dans un championnat de France remporté par le Stade de Reims. La même année le club remporte la Coupe Latine grâce notamment à Méano qui marque deux buts.
Le drame
Alors qu'il se prépare à retourner en vacances à Miramas avec sa jeune épouse Josiane (né Tourneur) qu'il a épousée le 19 mai à la cathédrale de Reims, Francis Méano est victime d'un terrible accident le vendredi 26 juin 1953 entre Witry-lès-Reims et Isles-sur-Suippe.
Trop grande vitesse ? Défaillance d'un conducteur ? La Traction Citroën conduite par José Ségura et dans laquelle ont pris place Francis Méano, son épouse, son père Lucien ; Antonio Abenoza, goal à Troyes, sa fiancée et un employé de M.Ségura percute un camion des pompes funèbres Péchenard. Le choc est abominable. La collision fait six morts. Sous l'orage, les sauveteurs, la police ne peuvent plus rien pour secourir les victimes : Francis Méano, son épouse, son père, Abenoza et sa fiancée et M.Beauvais, de Boult-sur-Suippe.

Obsèques grandioses à la cathédrale

Le monde du football est endeuillé. Une chapelle ardente est mise en place dans l'abside de la cathédrale où les trois corps de la famille Méano sont placés. Kopa, Tremplin, les frères Sinibaldi organisent la veillée. Le lundi suivant, plusieurs milliers de personnes suivent les funérailles célébrées par Mgr Marmottin. On reconnaît autour des cercueils, Victor Canard, président du Stade, Henri Germain, président technique ; Roger Marche, capitaine de l'équipe de France de football. Sitôt l'office dans un convoi salué par des centaines de Rémois le long du chemin, les corps de Francis, Josiane et Lucien Méano arrivent à la gare Clairmarais où une délégation de cheminots de Miramas est chargée de rapatrier les victimes dans leur région d'origine.
Le Stade de Reims l'avait promis : il n'oublierait jamais Francis Méano.
Il a tenu parole. Quand une nouvelle tribune a dû être refaite pour remplacer celle datant des années trente, il lui a donné le nom de Méano. Un nom qui sera donné à la nouvelle tribune construite en face la tribune Germain.
Alain Moyat .




reimsvdt.com



Dernière heure
[Toutes les dépêches]

© L'Union de Reims 2002-2005 - Tous droits réservés