RETOUR A "VU DES TRIBUNES"

 

Lundi 18 mars 2002


INTERVIEW DE GÉRARD KANCEL (L'UNION)

 

Lafond: «C'est reparti !»

Pour le capitaine stadiste, la petite victoire décrochée à Brest devrait servir de déclic pour la suite de la saison

 

Suspendu contre le Racing, Cyril Lafond n'a pas pris part à la première défaite des Stadistes à domicile depuis dix-huit mois. De retour dans le groupe à l'occasion du délicat déplacement à Brest, il a apprécié l'état d'esprit dont ont fait preuve ses coéquipiers pour empocher trois points précieux dans l'optique de l'accession.
S'il admet que le Stade ne s'est pas encore remis totalement de cette défaite face aux Parisiens de Malek Aït-Alia, son ancien partenaire en défense centrale, il a apprécié cette profonde remise en question dont il attend confirmation dès vendredi face à Angers.


Cyril, ce déplacement à Brest survenant juste après la « bourde » du Racing, n'était pas pour vous rassurer...
« Ce match est arrivé très vite après celui contre le Racing. C'était une bonne chose. Nous savions que notre échec à domicile nous obligeait à ramener des points. Ce n'était pas évident car Brest, jusqu'alors, ne nous réussissait pas bien. Nous avons joué avec cet objectif en tête ».


Ca n'a pas été un grand match. Avez-vous été surpris par la passivité de votre adversaire ?
« Nous avons d'abord été surpris par l'état du terrain. Nous ne nous attendions vraiment pas à évoluer sur une si mauvaise pelouse. De ce côté là, nous ne sommes pas gâtés en ce moment. D'autre part, l'atmosphère était bien différente de celle de la saison passée lorsque l'équipe locale faisait la course en tête. Il y avait la télévision, mais la ferveur s'est estompée. Cette équipe de Brest possède nettement moins de qualité que sa devancière ».


Reims a évolué prudemment. C'était pour vous rassurer ?
« Le coach avait décidé de changer de schéma tactique en incorporant un milieu récupérateur supplémentaire. Cela tenait de notre échec précédent, mais aussi des absences de David Ducourtioux et Olivier Létang. Cannes, Toulouse et Clermont s'étaient fait battre ici, nous n'allions pas partir d'emblée à l'abordage ».


Cette sixième victoire à l'extérieur n'a pas été la plus facile...
« C'est clair que ça a été un match moyen dont nous parvenons à tirer profit avec un peu de réussite. Sur un coup de pied arrêté, un peu dévié.

Mais qui s'en souviendra à la fin de la saison ? »

 

Et vous maintenez la pression sur vos adversaires directs...
« Ca va être serré jusqu'au bout. Je l'ai toujours dit, prenons les matches les uns après les autres. Il reste 30 points à prendre et il nous en faudra sans doute 17 pour monter en D2. Continuons à nous battre et la récompense sera au bout ».

 

On vous sent un peu soulagé après ce succès...
« Je pense que c'est reparti. On en était tous conscient. Il y avait tellement de pression sur ce match qu'on s'est un peu lâché dans les vestiaires, devant les caméras. On a fait les fous et ça fait du bien ».


Vendredi, à Delaune, il y aura Angers, copie conforme du Racing...
« Angers, une équipe pro, toujours difficile à manœuvrer, le roi du nul. Mais je suis confiant.
A partir du moment où l'on fait preuve de rigueur, de solidité, le coup est jouable car on sait qu'on est capable de marquer des buts.
A l'aller, Angers nous avait surpris, restons vigilants ».
Recueilli par G.K


© L'Union 2002 - Tous droits réservés

 

 

Retour à la page d'accueil du site