LA LIGUE 2 EN LIVE by
     


AMIENS
REIMS
Lundi 1er août 2016
20h30




Prochaine rencontre
Reims-Bourg en Bresse Vendredi 05/08/2016
20h


Real Madrid - Reims
Le mardi 16 août 2016
à 22h30
sur L'Equipe 21





2002 :
La montée
Coupe 02-02
2003 :
La descente
L'adieu à Batteux
2004 :
Remise en lumière
La Coupe
2005 :
L'élite dans la douleur
2006 :
Vas-y Nénesse
2007 :
Le ventre mou
2008 :
Nivellement par le bas
2009 :
Luis n'est plus d'attaque
2010 :
Remontée en Ligue 2
2014-2015 :
La saison de tous les dangers
2015-2016 :
Reims renvoyé en Ligue 2










CHAMPIONNAT DE LIGUE 2


Retrouvailles en Ligue 2

L’un monte, l’autre descend. Résultat, ils se retrouvent donc en ligue 2 ce lundi 1er août avec, en guise de hors d’œuvre de la saison 2016-2017, un derby dans la plus pure tradition mais des ambitions radicalement différentes. Amiens vise le maintien, Reims (plus gros budget de L2) la remontée immédiate au sein de l’élite.
Le Stade de Reims ne peut pas se permettre de perdre cette rencontre qui a valeur de test et pourrait bien donner le ton de sa saison.

Quelques souvenirs...
D
13 février 2009
E
29 août 2008
SÉQUENCE ÉMOTION
Ce jour là, il avait dit... "Je suis président du Stade de Reims, mais ce n'est pas une fin en soi.
Si quelqu'un pense faire beaucoup mieux que moi, il n'y aucun problème, la porte est ouverte et je n'ai aucun problème à laisser ma présidence."
( Jean-Pierre Caillot)
Mais, comme ça avait fait rire tout le monde, il ne l'a plus jamais répété...
E
11 avril 2008
D
2 nov. 2007
E
16 février 2007
D
7 sept. 2006
D
17 mars 2006
E
14 octobre 2005
E
13 mai 2005
D
3 décembre 2004
D
14 juillet 2004
D
5 avril 2003
E
2 novembre 2002
E
31 mars 2001

AMIENS, QUATRE ANS DE GALERE

Le 28 mai 2012, après une défaite à Troyes (2-0), l’Amiens SC bouclait sa 32e saison en Ligue 2, en terminant à la dernière place avec seulement quatre victoires, quatorze nuls et vingt défaites. De quoi provoquer le départ de Ludovic Batelli, coach des Bleuets (récents champions d’Europe) remplacé par Francis de Taddeo puis Olivier Echouafni, Samuel Michel et enfin Christophe Pelissier au cours de la saison 2014-2015.
Le bon choix car après quatre saisons en National, l’équipe amiénoise finit par remonter en Ligue 2, en fin de saison dernière, en terminant à la troisième place grâce un sprint final inespéré et époustouflant : 12 matches consécutifs sans défaite.

LE PETIT POUCET DE LA LIGUE 2

Il aura fallu quatre saisons en National et quatre entraîneurs pour voir Amiens retrouver la Ligue 2 et le statut professionnel. Avec un budget de 8 millions d’euros, dont une masse salariale proche des 2 millions, le club amiénois fait figure de Petit Poucet dans un championnat relevé.
De quoi être inquiet ? "Est-ce que j’ai l’air inquiet ? répond Bernard Joannin, le président de l’ASC. Je me trouve dans le même état d’esprit que la saison dernière. On est dans la construction. Dans le passé, j’ai aligné des noms au niveau du recrutement et qu’est-ce que cela nous a apporté ? Rien ! Là, je veux des mecs qui ont envie de se dépasser pour le club et on les a."

SIX RECRUES ET PAS DE BOULEVERSEMENT

La remontée en Ligue 2 s’est accompagnée de facto par des prolongations de contrat pour la majorité des joueurs. Exceptét Heloïse et Haddou, non conservés, ainsi que d’autres joueurs prêtés (dont Ba et Mauquit, respectivement à Quevilly-Rouen et Dieppe) l’effectif amiénois n’a pas été bouleversé.
Pour l’instant, en attendant l’arrivée de deux voire trois recrues, six nouveaux joueurs ont signé. Deux évoluant en National : Dibassy (Sedan) et Charrier (Luçon). Deux en CFA : Mamilonne (Poissy) et Rabeï (Wasquehal). Deux en Ligue 1 : Cornette (Montpellier, 150 minutes) et NGosso (Angers). Christophe Pelissier compte sur la dynamique de groupe, qui s’est installée en fin de saison dernière, et attend de son équipe qu’elle joue de manière décomplexée.


Un championnat qui penche au Nord


Quelles sont les forces en présence cette saison, en Ligue 2 ? Au regard de l’homogénéité qui a marqué l’exercice 2015-2016, tout pronostic s’avère audacieux. Sochaux,  candidat au podium l’an dernier, a galéré pour éviter la descente. Nîmes, qui a débuté avec un débours de 10 points, a tremblé bien moins longtemps pour se maintenir.
Dans un championnat qui penche au nord, les Crocodiles sont les rares représentants du foot à la mode méridionale avec deux clubs d’Ajaccio, le Gazélec relégué de Ligue 1 et l’ACA qui y était il n’y a pas si longtemps mais a senti le vent du boulet pour construire son budget, autorisé à se lancer après un passage devant la commission d’appel de la Direction Nationale du Contrôle de Gestion.

Le Stade de Reims a "la pancarte"

D’autres équipes semblent mieux armées pour briguer les sommets. Au premier rang d'entre elles, le Stade de Reims. Piégé dans l’élite, délesté de quelques forces vives, il s’est renforcé contre monnaie sonnante trébuchante avec quelques habitués de la Ligue 2 (Chavarria, Berthier, Bouhours…).

Dans son sillage, Le Havre a aussi quelques arguments, les Normands ayant manqué la place dans l’ascenseur pour un petit but. C’est Metz qui leur a claqué la porte au nez avec 11 défaites au compteur, soit près d’un match sur trois perdus. L’espoir de suivre son exemple est partagé par quelques outsiders.
Le Gazélec Ajaccio, après une parenthèse enchantée en Ligue 1, a tout refait, du sol au plafond, son banc et son vestiaire, mais certaines recrues peuvent être alléchantes. Lens, en totale reconstruction comme souvent, sous la houlette d’Alain Casanova cette fois et avec son indéfectible soutien public pour rêver. Clermont, en la matière, est un peu le parent pauvre de la Ligue 2 mais son coach, Corinne Diacre, a démontré son savoir-faire, et la stabilité de mise en cet été peut être une force.
Un peu en dessous, Bourg-en-Bresse, promu en 2015, peut songer à ne pas seulement éviter le syndrome de la seconde année, celle où l’on est en danger.

Changements d’entraîneurs et de directions…

Sous une nouvelle direction, Brest, toujours ambitieux, souvent en échec, a confié à Jean-Marc Furlan le soin de se mêler à la lutte. L’effectif breton devra surmonter quelques départs importants (Grougi, Falette, Alphonse…). Les arrivées de Fassurier, Lavigne ou Maupay compenseront-elles ?
A Sochaux, Albert Cartier doit rénover une institution en danger, pas loin du naufrage en mai, dans d’obscures mains chinoises mais avec un groupe redessiné.
A Troyes aussi, l’incertitude est de mise. Jean-Louis Garcia est le nouvel entraîneur tandis qu’un groupe américain a mis la main sur un club qui n’a de cesse de monter et de descendre.
Le Red Star peut apparaître également dans cette catégorie des outsiders, mais les mouvements de joueurs ont été extrêmement (trop ?) nombreux (13 départs, 6 arrivées).
Auxerre a allégé la voilure mais attiré quelques vieux briscards – Mathis, Tacalfred, Touzghar. Enfin, Nîmes, sur sa lancée, peut en surprendre plus d’un.

De la difficulté à boucler son budget

Candidats à un maintien serein, les trois transfuges du National (Strasbourg, Orléans, Amiens) paraissent en mesure de réussir dans leur entreprise.  
Après six ans dans l’enfer, le purgatoire et les limbes du monde pro, le CFA 2, le CFA et le National, le Racing, notamment, renoue avec une histoire qui n’aurait sans doute jamais dû s’arrêter. Il ne sera plus l’ogre de son championnat. Thierry Laurey et ses joueurs ont la mission de réinstaller confortablement un club ancestral dans un championnat de Ligue 2 piégeux.

Laval, pilier indéboulonnable de la Ligue 2 – 30 saisons depuis 1945 –, est habitué à s’en sortir, sans guère de moyens, sans faire de bruit, avec efficacité. Niort – 21 saisons depuis 1986 – est un peu dans le même cas et s’appuiera sur l’expérience de Brison ou d’Agouazi pour compenser les départs de Selemani ou de Koukou.

En fait, les plus en danger semblent ceux qui ont eu le plus de difficultés à boucler leur budget. L’AC Ajaccio n’a pu recruter que des seconds couteaux.
Avec le départ de l’entraîneur Simone, dans le fracas, Mercadal, nommé le 13 juillet, n’est pas dans le plus grand confort pour briller avec Tours.
Enfin, Valenciennes compte ses hommes. Ahmed Kantari a rallié le Pas-de-Calais mais les départs ont été nombreux.
(source : DNA)


Stade de Reims : le point à fin juillet

Arrivées : Pablo Chavarria (Lens/libre), Danilson Da Cruz (Red Star/libre), Samuel Bouhours (Tours/libre), Grégory Berthier (Auxerre), Julian Jeanvier (Lille/libre), Edouard Mendy (Marseille/libre), Michel Der Zakarian (entraîneur).

Départs : Aïssa Mandia (Betis Seville/4M€), Mohamed Fofana (Lens/libre), Mickaël Tacalfred (Auxerre/libre), Franck Signorino (Metz/libre), Johny Placide (libre), David N’Gog (libre).











CHAMPIONNAT DE LIGUE 2

 CHAMPIONNAT L1 - MATCHES RETOUR
           
  01-08-2016 Amiens-Reims  
Voir
     
Der Zakarian, c'est le choix de Reims en Ligue 2
Voir
   
 



CLASSEMENT
Sochaux
leader






BEAU PARLEUR
Profession,
Speaker


Speaker du Stade de Reims depuis 14 ans, Bruno Denuet a été désigné meilleur speaker de Ligue 1. Un "Micro d'Or" remis lors de Reims-Nice, le 12 décembre dernier.


IRRÉDUCTIBLES
Polnareims
et les autres
Polnareims et le fils (caché) de Jean-Pierre Caillot.

ICÔNE
La légende de
Dany le Rouge




JPC
Lire




MÉNÈS
CAILLOT


L'histoire
sans fin

Lire



  France 3

 L'union
 RMC Info
       Europe 1
       RTL






Vdt sur
Facebook
& Twitter


Vu des Tribunes : l'actualité du Stade de Reims - Rédaction-conception : Michel Hamel - Contact
 
Moteur de recherche interne avec Google

Les partenaires de VDT